Les Bois du Poitou

 

DONNEZ NOUS

VOTRE AVIS ICI !

L’énergie de la forêt

Commandez !

» » Les risques de se chauffer au bois

bois de chauffage, risques, se chauffer - Les Bois du Poitou

Les risques de se chauffer au bois

Le chauffage au bois reste la solution la moins coûteuse sur le marché. Comme tous systèmes de chauffage, elle contient des risques. Il est important de les connaître afin de prendre ses précautions et d’éviter un accident.

Voici alors quelques conseils pour prévenir ces risques et pouvoir se chauffer paisiblement.

 

Qu’est-ce que je risque en me chauffant au bois ?

L’intoxication et la pollution

Ce risque est présent pour tous types d’appareils de chauffage.

Une mauvaise installation, une mauvaise utilisation ou l’emploi de combustibles inadaptés peuvent provoquer :

  • Des intoxications au monoxyde de carbone ;
  • La pollution de l’air intérieur de votre maison ainsi que l’air extérieur par le rejet de gaz imbrûlés, de composés toxiques ou de particules de poussière.

L’incendie

L’incendie ou la première cause de sinistre dans un bâtiment.

Lorsque l’on se chauffe au bois, l’encrassage et le bistrage peuvent provoquer l’incendie général de votre maison.

Le gaspillage d’argent

Un feu mal géré est source de gaspillage d’argent. Lorsque le bois ne brûle pas bien, au lieu de restituer des calories, il va se décomposer dans les cendres ou les fumées sans vraiment produire d’énergie.

 

Comment prévenir les risques d’incendie ?

Lors de l’installation

  • Choisir un poêle, un insert ou une chaudière aux normes européennes ;
  • Faire appel à un professionnel qui devra être vigilant sur les distances de sécurité entre l’appareil, le conduit de raccordement ou le conduit de fumée et tout élément combustible de la pièce, des planchers ou de la toiture ;
  • Le gainage : la présence de coudes, des zones propices aux dépôts de suie ou de goudrons, dans votre conduit, augmente les risques de feu de cheminée. Il faut donc adopter un tube rectiligne pour éviter ces dépôts ;
  • Le chapeau de cheminée : il se place au sommet de la cheminée et empêche l’intrusion dans la cheminée des feuilles ou d’oiseaux qui pourraient y faire leur nid. Il réduit donc le risque d’incendie ;
  • Pour les inserts qui chauffent beaucoup plus que les foyers ouverts, le tubage est obligatoire. Pensez également à la vérification des joints de la vitre qui sont susceptibles de laisser passer des gaz de combustion nocifs.

Lors de l’utilisation

  • Lisez et respectez les consignes d’utilisation de votre appareil ;
  • Utilisez des bois provoquant peu d’escarbilles si vous avez un foyer ouvert ;
  • Ne faites pas fonctionner votre appareil au ralenti ;
  • Ne surchargez pas l’appareil.

L’entretien

  • Nettoyer votre appareil régulièrement. Ne pas laisser les suies s’y accumuler ;
  • Procéder au ramonage de votre appareil.

 

Autres conseils

  • Bien choisir son combustible ;
  • Jetez vos cendres dans un contenant métallique : certaines, encore chaudes, peuvent déclencher un incendie. Une fois qu’elles sont froides, vous pouvez également les recycler ;
  • Installez un détecteur de fumée ;
  • Ne pas suralimenter le feu avant de vous coucher ;
  • Restez toujours attentifs aux signes qui avertissent d’un départ de feu : une chaleur anormale, un fort dégagement de fumée, des étincelles ou des flammes de taille excessive.

 

Nous nous engageons à vous fournir les meilleurs conseils et recommandations pour vous accompagner dans vos choix et dans votre vie quotidienne.

Pour plus de renseignements sur nos produits, n’hésitez pas à nous contacter !

Commentaires (1)
maria
vendredi 22 octobre 2021 11:56:15
la pollution de l'air due aux ancestrales cheminées à feux de bois est une des plus grande préoccupation à avoir ! : les poussières de suie et de fumées de cheminées à bois sont cancérigènes : le benzopyrène (faisant partie des hydrocarbures aromatiques polycycliques HAP) dans le goudron des poussières de résidus de combustion de carbone (et la fumée des cigarettes !), sont des composés cancérigènes. Le benzopyrène est souvent utilisé pour exprimer l’exposition globale aux HAP dans l’air car il se retrouve habituellement majoritairement adsorbé à des particules aéroportées (d’où le danger des feux de cheminées en particulier) : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique-2/la-prevention-des-risques-professionnels-des-hydrocarbures
Laisser un commentaire
Envoyer
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter