Les Bois du Poitou

LE GRANULÉ EST EN BAISSE À PARTIR DU 2 AVRIL 2024 ! 🚨

Image de diaporama

L’énergie de la forêt

Commandez !

» » Stress hydrique et sécheresse : les arbres contraints de s'adapter

stress hydrique, sécheresse, adaptation, arbres - Les Bois du Poitou

Stress hydrique et sécheresse : les arbres contraints de s'adapter

Les forêts françaises ont soif ! Ce manque d’eau ou déficit hydrique n’est pas sans avoir un impact sur la végétation.

Quels sont les rôles du climat et du sol dans l’alimentation en eau de l’arbre ? Dans quelle mesure les arbres souffrent-ils du manque d’eau ? Comment peuvent-ils se défendre face à la sécheresse ? On vous dit tout !

 

Comment les arbres font-ils pour boire ?

L’arbre n’est pas comme des fleurs dans un vase, il prélève l’eau contenue dans le sol et pas dans la nappe phréatique. Le sol fonctionne comme une grosse éponge : il stocke l’eau en hiver, en automne et au printemps (périodes de fortes alimentation) et la restitue à la forêt tout au long de l’année.

Cette capacité de stockage des sols varie en fonction des types de sols et de peuplements forestiers. Un peuplement à la surface foliaire clairsemée interceptera moins de pluie qu’un peuplement au feuillage dense permettant de fait à une quantité d’eau plus élevée d’alimenter le sol.

Le bilan hydrique permet de comparer la quantité d’eau qui arrive (par-exemple par les pluies) et ce qu’elle devient ensuite (par transpiration de la végétation notamment).

 

Quel est le rôle du sol ?

L’eau du sol puisée par les racines a plusieurs rôles :

  • Alimenter l’arbre en eau et nutriments ;
  • Permettre la transpiration ;
  • Provoquer des échanges gazeux entre l’atmosphère et l’arbre.

Tous ces mécanismes sont nécessaires au bon fonctionnement de l’arbre.

Le flux de sève dans l’arbre est un peu comme le sang chez l’Homme, à la différence près que la sève ne circule pas en circuit fermé : l’eau absorbée par les racines s’évapore au niveau des feuilles. En conséquence, les arbres ont besoin de beaucoup d’eau pour permettre ces échanges et en particulier la photosynthèse, fondamentale à la vie sur Terre car elle capte du CO2 et libère de l’oxygène.

Il faut savoir qu’un arbre peut prélever jusqu’à environ 200 L par jour !

 

Quel est le rôle du climat ?

L’humidité dans l’atmosphère a également un impact, bien qu’elle ne soit pas directement captée par la végétation. En effet lorsqu’elle baisse, la transpiration de l’arbre est alors plus élevée ce qui entraîne une demande en eau du sol plus forte.

L’augmentation des températures provoque donc une augmentation des prélèvements en eau du sol en augmentant la transpiration de l’arbre. Et ce même à pluviométrie constante !

 

Qu'est-ce que le stress hydrique ?

Un léger manque de pluie n’affecte pas les arbres. L’éponge que constitue le sol va leur permettre de bénéficier de l’eau emmagasinée lorsque la pluie a été plus abondante. Tant que la terre n’est pas trop asséchée, les arbres peuvent donc se développer sereinement.

En revanche, la situation se complique lorsque le manque de précipitations se prolonge et que le réservoir en eau du sol n’est plus rempli qu’à 40% et moins. À ce stade, les arbres souffrent du manque d’eau, on peut alors parler de stress hydrique.

C’est ce qu’on constate quand les sécheresses se succèdent ou sont plus intenses. Les feuilles des arbres flétrissent, roussissent puis tombent.

 

Le manque d'eau, un risque réel pour les arbres

Si les sécheresses se répètent ou se prolongent, l’arbre se retrouve « sous-alimenté en carbone » car il ne peut plus faire de photosynthèse et doit puiser dans ses réserves. Affaibli, il est moins apte à se défendre contre les insectes et les maladies.

Par ailleurs, quand le besoin en eau de l’arbre est trop élevé par-rapport à l’eau disponible dans le sol et que les stomates ne sont pas totalement fermés, des bulles d’air se forment dans les vaisseaux de l’arbre et empêchent la conduction de l’eau, créant une embolie qu’on appelle cavitation. La sensibilité à la cavitation est très variable d’une espèce forestière à l’autre : certaines espèces comme les saules y sont très sensibles, d’autres comme les cyprès, adaptés à des climats chauds, sont plus résistantes.

La conjonction du manque de réserves, de la sensibilité face aux attaques diverses et du niveau de cavitation peut entraîner le dépérissement de l’arbre et à terme sa mort.

 

Face au stress hydrique, les arbres ripostent

En réponse au manque d’eau, les arbres déploient différentes stratégies de défense :

  • En refermant les stomates de leurs feuilles, sortes de « pores » qui permettent les échanges gazeux, les arbres diminuent leur transpiration. Mais cela se fait au prix d’un ralentissement de la photosynthèse et donc, de leur croissance ;
  • En faisant sécher et tomber prématurément leurs feuilles. Cela réduit de fait les pertes en eau en limitant le phénomène d’évapotranspiration. Mais ce n’est valable que pour certaines espèces ;
  • En s’enracinant profondément, certaines essences disposent d’éléments conducteurs de la sève plus résistants à l’apparition de bulles d’air dans la colonne d’eau. Ces adaptations permettent à l’arbre de maintenir une certaine ouverture des stomates mais elles se font au détriment de la croissance ;
  • En éliminant les arbres les plus vulnérables au profit des plus résistants. Ce qui à long et très long terme permet aux nouvelles générations de développer des particularités (taille, forme, enracinement) adaptées à cet environnement plus sec. Cependant ces mécanismes sont à une échelle de temps qui risque de ne pas être compatible avec la vitesse d’évolution du climat et donc des sécheresses.

 

Nous nous engageons à vous fournir les meilleurs conseils et recommandations pour vous accompagner dans vos choix et dans votre vie quotidienne.

Pour plus de renseignements sur nos produits, n’hésitez pas à nous contacter !

 

Laisser un commentaire
Envoyer
L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter